À quel point un investissement locatif est-il rentable ?

5 septembre 2019 / par / dans

Le rendement brut d’un investissement locatif est le ratio entre son loyer et son prix d’acquisition. La valeur nette s’obtient en y déduisant les charges et fiscalités. Elle s’établit entre 2 et 7% en moyenne, ou plus selon les circonstances.

Lors d’une évaluation au mètre carré, les petites surfaces s’avèrent plus rentables que les grandes. Le meilleur moyen de profiter des meilleures conditions pour la location de son bien est de se fixer les bons objectifs.

Investir dans l’immobilier locatif peut procurer un bon rendement, à condition de bien s’y prendre. Certaines stratégies sont de mise pour réaliser efficacement son investissement, soit pour obtenir de bonnes rentabilités.

Le type de logement et l’emplacement sont les principaux facteurs qui doivent entrer en ligne de compte. Mais, il est également nécessaire de se fixer préalablement des objectifs par rapport à l’acquisition. Le calcul se fait ensuite en évaluant le rapport entre le rendement locatif annuel et le prix du bien.

Nous allons vous expliquer dans cet article, à quel point un investissement locatif peut être rentable. Vous pouvez aussi vous rendre sur un blog immobilier pour bénéficier de conseils sur le sujet.

Quels sont les critères à tenir compte ?

La location logement obéit à la même règle de l’emplacement que la location commerciale, où les zones de chalandise sont priorisées. Autrement dit, la stratégie gagnante est d’investir dans un logement de qualité, situé à une bonne adresse.

Toutefois, le facteur principal qui entre en ligne de compte demeure le type de logement :

  • Les maisons et grands appartements

Les locataires de maisons, ou de grands appartements sont stables. Cela concerne principalement les familles. Le bail de location s’étale donc sur de plus longues périodes, permettant d’assurer un revenu stable sur le long terme.

Les occupants de ces types de logis ont tendance à facilement se les approprier. Ils s’en occupent efficacement. Ce qui permet d’éviter de gros travaux de remise en état, soit des dépenses plus ou moins lourdes. Ces biens sont toutefois moins rentables que les petites surfaces, notamment les studios et les T1.

  • Les studios et les T1

Au mètre carré, ils rapportent davantage que les grandes surfaces, mais le changement de locataire est plus fréquent. Les situations de vacance locative sont plus régulières, et les remises en état consistent en de lourdes opérations de réhabilitation. Les frais d’entretien peuvent atteindre des seuils exorbitants, impactant considérablement le rendement locatif.

  • Les deux et trois pièces

Ces espaces d’habitation représentent le compromis idéal entre les grandes et les petites surfaces. Les locataires sont stables, les vacances locatives sont plus ou moins rares, et les dépenses de remise en état sont limitées.

Comment procéder au calcul ?

La rentabilité locative se décline en trois variantes :

  • La rentabilité brute :

Il s’agit du rapport entre le loyer par an et le coût d’achat du bien. La formule se termine par une multiplication du résultat par 100. Ainsi, le rendement brut obtenu grâce à la location d’un bien acheté à 150 000 euros, et loué à 7 800 euros annuellement s’établit à 5,2%.

  • La rentabilité nette de charges :

Comme son nom l’indique, elle représente la rentabilité déduite des diverses charges. La formule est la même que la précédente, sauf que, les frais de gestion, la taxe foncière et les dépenses non récupérables sont retranchés du loyer.

  • La rentabilité nette-nette :

Celle-ci correspond à la rentabilité nette de charges, additionnée aux avantages fiscaux.

Comment investir sagement son argent ?

Bien évidemment, la rentabilité est la motivation principale, mais pas l’unique, de l’investissement dans la pierre. Les principaux objectifs à avoir lors d’un investissement immobilier locatif sont les suivants : bâtir un patrimoine durable, conclure un bail de location sur le long terme, reprendre l’habitat pour s’y loger à l’avenir, revendre pour gagner une plus-value.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *